Regard Etranger #3, Franck Bernhard

à partir de 1 500,00 

Photographie couleur,
Tirage pigmentaire sur papier d’art
numéroté et signé au dos par l’artiste
Certificat d’Authenticité

Auteur : Franck Bernhard
Effacer
Ajouter à mes coups de coeur
Ajouter à mes coups de coeur

Photographie couleur
Tirage pigmentaire sur papier Platine Fibre Rag Canson qualité muséale pour collectionneurs
numéroté et signé au dos par l’artiste
Accompagné de son Certificat d’Authenticité
Date œuvre : 2009
2 formats :
100 x 56 cm en 8 exemplaires + 2 EA
160 x 90 cm en 5 exemplaires

Majoration du prix au fil des ventes réalisées.

Artiste

Franck Bernhard

Né en 1972, Franck Bernhard est photographe plasticien. Au cours de sa formation en Arts Plastiques à l’Institut Saint-Luc (Tournai, Belgique), il se découvre un intérêt particulier pour la photographie.

Prise de vue, chimie du développement, tirages couleur et noir et blanc, Franck Bernhard veut maîtriser l’intégralité du processus de création de ses photographies. Dès les années 2000, il se forme au numérique et développe son projet artistique en longues séries photographiques, qui s’enrichissent d’une campagne, l’autre.

Les titres de ses créations ne laissent aucun doute sur sa démarche sérielle tels “Fugues particulières” ou “Variations” (1996-2000) qui nous présente “une histoire sans visage”, celle de paysages urbains et péri-urbains où panneaux publicitaires et signalétiques sont à la fois le sujet central de l’image et l’objet de multiples variations…
Quelle que soit la nature de son projet (“Passages” ou encore “Regard étranger”), Franck Bernhard s’affirme comme un photographe de la composition : les images sont construites; le cadre oblige le regard, le point de vue est frontal. Rythme et variations se développent à travers les formes, les contrastes, les couleurs et enfin la mise en relation des images entre elles. Ainsi, on peut dire de Franck Bernhard qu’il explore les “possibilités musicales” de la photographie; un art de la fugue en mode majeur.

Ses œuvres sont dans les collections privées et celles de musées comme le musée des Beaux-Arts de Calais.

Expositions (sélection) :
2015 : “Passages”, Galerie Les Bains Révélateurs
2008 : Galerie Xavier Ronse, Mouscron (Belgique)
2007 : “Passages”, Art Connexion, Lille
2005 : Institut Culturel Français, “Passages”, Rostock (Allemagne)
2005 : Centre Arc-en-Ciel , Liévin “Espace et variation”

Expositions collectives (sélection) :
2013 : “Voices of the sea” Musée des Beaux-arts de Calais
2011 : Transphotographiques “Passages” Tri Postal, Lille
2010 : “Regard Étranger” Espace Le Carré, Lille
2007 : “Liaisons heureuses” Musée des Beaux-Arts de Calais
2006 : “Passages” Transit Art Gallery, STAVANGER (Norvège)

“Regard Étranger” dans la clarté laconique du regard de Franck Bernhard.
Par le biais de la photographie, ce travail nous propose une sorte de point de vue “anonyme” sur la célèbre “ Piazza di Spagna ”. Située en plein cœur de Rome, entre deux rues commerçantes, cette place est un lieu de passage et de rencontre entre touristes, autochtones, et consommateurs divers.
Au pied de ce lieu de rencontre, se trouve un mur gris neutre cachant une façade en construction. Ce mur sert de fond à chaque image. Dans cette série intitulée “Regard Étranger”, des hommes, des femmes, jeunes ou moins jeunes, de toute origine ou condition se croisent…
Banalité du quotidien, va-et-vient incessant des vies qui habitent les villes… les images de Franck Bernhard nous transportent dans une pure immédiateté du monde et des gens. Frontalité du regard à hauteur d’homme, spontanéité sans artifice de la prise de vue, Franck Bernhard est comme la vigie de nos vies agitées et fuyantes. Il s’arrête, il se pose et assoiffe son besoin de regard jusqu’à plus saoul. Cette pause longue (station debout plusieurs heures durant) lui permet de faire face. Face à l’homme dans une conscience aiguë du réel.
Enfin, ce travail prend une nouvelle dimension dans l’assemblage, la confrontation des photographies entre elles : elles forment un nouveau mur sur lequel se joue l’étrange balai mécanique de nos vies, si singulières, si pleines d’humanité.

Projet photographique réalisé à Rome avec le soutien de la Ville de Lille et de la Banque Populaire du Nord (résidence à l’Atelier Wicar).